Les jeunes journalistes du projet « Parlons Jeunesse », ont présenté ce mardi 9 août 2022 à Bangui, le document de leur plaidoyer pour le développement et l’épanouissement des jeunes Centrafricains au ministre de la jeunesse et des sports, Aristide Briand Reboas. Dans ce document, ils ont mis en exergue les grandes difficultés auxquelles font face la jeunesse centrafricaine. Notamment, les difficultés scolaires, les difficultés d’insertion professionnelle, les difficultés de la santé et d’accès aux soins.

Au terme du projet « Parlons Jeunesse », les jeunes journalistes bénéficiaires dudit projet ont présenté les résultats des activités mises en œuvre dans le cadre de ce projet à Bambari et à Bangui. Pendant la réalisation des activités de terrain, ces jeunes journalistes ont organisé des rencontres entre les jeunes et les adultes à l’instar des ateliers intergénérationnels, quelques représentants du gouvernement ainsi que de la société civile pour exposer des problématiques touchant la cause de la jeunesse en Centrafrique. L’analyse, les contributions et recommandations issues de ces rencontres ont montré que les jeunes sont en butte à de nombreuses difficultés dans les domaines de la santé sexuelle et de la reproduction, de l’éducation, de l’insertion socioéconomique, y compris pour les aspects de participation.

Naomie Othnielle Dongo, l’une des journalistes bénéficiaires ce projet qui a présenté ce document au ministre  Aristide Briand Reboas, souhaite que les problèmes auxquels fait face la jeunesse centrafricaine relevés dans ce document de plaidoyer soient prisent en comptent en vue d’offrir une attention, un accompagnement, un soutien pour aider jeunes à assumer leur éducation tout en impliquant la responsabilité de chacune de leurs familles et construire les réponses à leurs difficultés.

Pour permettre à touche toutes les sensibilités du pays à s’approprier lu contenu de ce document pour une politique concertée en faveur de la jeunesse, le Ministre Aristide Briand Reboas, a promis soutenir la vulgarisation de celui-ci à travers les différentes organisations de la jeunesse à Bangui et à l’intérieur du pays.  Toutefois, le membre du gouvernement invite les jeunes d’aller au-delà de ces difficultés.

Il les invite à exposer aussi d’autres thématiques qui touchent au civisme, à la citoyenneté et à la santé de reproduction des jeunes. « C’est une journée de consécration pour notre jeune génération des journalistes que nous devons former, accompagner et soutenir. Ils ont su démontrer leur maturité dans la réflexion. Ils ne sont pas loin de la lettre de mission que le gouvernement m’a donnée. Le contenu des recommandations doit être appuyé, soutenu, partagé et vulgarisé pour que toute la jeunesse puisse en approprier.  Je vais m’appuyer sur eux. Je ne peux pas travailler pour la jeunesse à ne pas tenir compte de la jeunesse. C’est un projet qui doit fédérer toutes les sensibilités de la jeunesse. Ceux qui sont drogués peuvent influencer les autres et les amener à adopter des comportements déviants. Nous devons aussi être associés pour vulgariser ce document arrondissement par arrondissement », a déclaré, Aristide Briand Reboas, Ministre de la jeunesse.

Le projet « Parlons Jeunesse », visait à former et à faire participer activement  les jeunes au sein de leur communauté mais également de promouvoir la collaboration entre les adultes et jeunes pour un retour effectif de la paix dans trois pays : Mali, Centrafrique et Soudan du Sud. En Centrafrique, le projet est mise en œuvre l’Organisation Non-Gouvernementale Search For Common Ground (SFCG) à Bangui et Bambari.

Pétrus Namkoina