Bangui, le 20 juillet 2022 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) dénonce une reprise de la campagne désinformation contre certains contingents, et se dit déterminée à exécuter pleinement son mandat en appui aux autorités et au peuple centrafricains dans leur marche vers la paix et la stabilité durables.  

« La MINUSCA constate avec préoccupation une reprise de la désinformation relayée par des organes de presse et les réseaux sociaux, qui cible certains de ses contingents. La MINUSCA dénonce cette nouvelle tentative visant à dénigrer la mission et à créer un sentiment hostile envers son personnel », a déclaré le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, lors de la revue des activités hebdomadaire de la Mission, retransmise par Radio Guira FM. Selon le porte-parole, la Mission continuera de travailler avec les différents acteurs en Centrafrique pour combattre ce dangereux fléau. 

Dans son intervention, le porte-parole a rappelé la déclaration du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, devant le Conseil de Sécurité, le 12 juillet dernier, pour qui « la désinformation n’est pas seulement trompeuse, elle est dangereuse et potentiellement mortelle. Cela alimente la violence mortelle contre notre personnel et nos partenaires. Il transforme notre drapeau bleu de symbole de sécurité en une cible d’attaque ».  

A son tour, le porte-parole de la Force, le Lieutenant-colonel Abdul Aziz Ouédraogo, dénonce la campagne de désinformation orchestrée contre ses unités « alors que celles-ci sont engagées dans leur mission de protection des civils »« Les actions décisives des casques bleus les semaines écoulées ont permis ramener la quiétude et le retour de personnes déplacées dans certaines localités. Elle rassure les populations », explique-t-il. 

Au cours de son intervention sur Guira FM, le porte-parole a également fait part d’un don en carburant au Ministère de la Santé et de la Population, par la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine, Valentine Rugwabiza, le 20 juillet, en présence du Premier ministre Felix Moloua et du ministre de la Santé, Pierre Somsé.  Le don est estimé à 50.000 litres de carburants, destinés à huit établissements de santé de Bangui, parmi lesquels   cinq hôpitaux.. 

Le porte-parole a aussi informé de la correspondance du Ministre de l’Education nationale, Aboubakar Moukadas-Noure, remerciant la Représentante spéciale du Secrétaire général et la MINUSCA, pour le soutien apporté à l’organisation des épreuves du Baccalauréat 2022. « C’est grâce au soutien de la MINUSCA que nous avons pu surmonter et transporter les présidents de jury et les matériels dans les centres d’examen difficiles d’accès par voie routière », lit-on dans la correspondance, qui cite comme défis, l’insécurité et l’état des routes. Le ministre de l’Education dit espérer « pouvoir continuer à bénéficier du précieux soutien de la MINUSCA pour parachever l’organisation du Baccalauréat 2022 dont le second groupe est prévu pour être organisé le 12 août ».  

Le porte-parole de la MINUSCA a également annoncé le renforcement des dispositifs des casques bleus à Birao, après des rumeurs d’attaque de la ville par des hommes armés.  « Suite à une alerte, la MINUSCA a immédiatement mis en place des mesures urgentes et des actions robustes par le renforcement des dispositifs de la Force pour la protection des civils. Les autorités préfectorales ont instauré un couvre-feu dans la ville de 20h à 04h du matin », a-t-il souligné. Sur la situation des Droits de l’Homme, entre le 5 juillet au 19 juillet, la MINUSCA a documenté et vérifié 46 violations et abus des droits de l’homme et du droit international humanitaire, ayant affecté 148 victimes.   

Faisant le point sur la situation sécuritaire, le porte-parole de la Force, le Lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo, a indiqué que la présence déterminante de la Force dans plusieurs zones du territoire centrafricain, ainsi que les actions entreprises ont permis de sécuriser les populations civiles et d’expulser les groupes armés. « La semaine écoulée, les unités de la Force ont effectué un total de 1.191 patrouilles sur toute l’étendue du territoire. Celles-ci se déclinent en patrouilles de combat, patrouilles de sécurisation et patrouilles de reconnaissance », a précisé le porte-parole militaire.  

Pour sa part, le porte-parole de l’UNPOL, Casimir Makalo, a annoncé que, l’équipe spécialisée de l’unité de police constituée indonésienne basée à Bangui, est en mouvement vers Bakouma pour mener une opération conjointe avec la Force. Selon lui, « cette action vise la protection de la population civile. Elle a quitté Bangui par la route depuis le 1er juillet continue sa progression malgré l’état difficile de la route ». Il a souligné par ailleurs que, le 18 juillet, l’unité de police constituée sénégalaise a effectué avec le contingent pakistanais et des observateurs militaires, une patrouille conjointe sur l’axe Bouca, permettant un retour au calme dans la zone tandis que la population vaque librement à ses occupations. 

Minusca