Dans le cadre du projet Nengo (dignité), un nouveau centre de prise en charge des victimes des violences sexuelles et basées sur le genre sera lancé à l’hopital de l’Amitié à Bangui.

Après plusieurs mois de préparation, les équipes du service de gynécologie-obstétrique et de la maternité du centre hospitalier universitaire de l’amitié sino-africaine et de l’association des femmes juristes de Centrafrique, avec l’appui d’un Consortium de partenaires internationaux, ont effectué les premières prises en charge holistiques de victimes de violences sexuelles et basées sur le genre, dans le cadre du projet NENGO. 

Le centre de prise en charge holistique, basé sur le modèle développé en République Démocratique du Congo par le Dr. Denis Mukwege, prix Nobel de la paix, sera inauguré officiellement le 24 novembre prochain à l’issue du 1er Comité d’Organisation Stratégique réunissant l’ensemble des partenaires du projet NENGO en Centrafrique. 

Cet ambitieux projet, d’une durée de 4 ans, d’un montant total de 5,4 millions d’euros est financé à hauteur de 4.2 millions d’euros par la France à travers l’Agence Française de développement, et à hauteur de 1,2 millions d’euros par la Fondation Pierre Fabre, reconnue d’utilité publique. 

Selon nos informations, ce projet permettra la prise en charge de 3240 victimes de violences sexuelles et violences basées sur le genre de Bangui et des provinces, qui accèderont à des soins holistiques de qualité, selon un parcours coordonné, accompagné et complet (médical, psychosocial, juridique et socioéconomique). Cela grâce à la mise en place d’un « Guichet unique » localisé au sein du centre hospitalier universitaire de l’amitié sino-centrafricaine et de l’association des femmes juristes de Centrafrique à Bangui.

Ce projet participera également à la prévention des violences sexuelles et basées sur le genre dans le pays. Ce projet est fondé sur un transfert de compétences sud-sud entre les acteurs congolais et les acteurs centrafricains. Il permettra de renforcer les capacités du centre hospitalier de l’amitié sino-centrafricaine et de l’association des femmes juristes de Centrafrique, deux structures déjà lieux de référencement pour les victimes.

Pour faire face à la pandémie de COVID 19, l’Agence Française de Développement a apporté un soutien supplémentaire de 1,2 millions d’euros au budget initial de 4.2 millions d’euros dont l’objectif est de réhabiliter le système d’adduction d’eau, de rénover les latrines et d’appuyer la gestion des déchets médicaux de l’hôpital, de permettre l’achat d’équipement et la formation aux gestes barrières afin d’améliorer de manière significative et à long terme l’hygiène globale au sein du centre.

Cette inauguration marquera le coup d’envoi de seize jours d’actions et d’événements à Bangui pour sensibiliser aux questions des violences sexuelles et basées sur le genre, du 25 novembre (Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes) au 10 décembre (Journée internationale des droits de l’Homme). L’ensemble des partenaires du projet NENGO ainsi que l’Agence Française de Développement seront mobilisés durant ces 16 jours à travers notamment une exposition photos et la projection de deux films au sein de l’Alliance Française de Bangui.

Les partenaires suivants continuent à la mise en œuvre de ce projet : Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Ministère de la Santé et de la Population, Ministère de la Justice et des droits de l’Homme, Ministère de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, la Fondation Pierre Fabre, la Fondation Panzi RDC, Fondation Dr. Denis Mukwege, Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie, Agence Française de Développement, Centre Hospitalier Universitaire de l’Amitié Sino-Centrafricaine et Association des Femmes Juristes de Centrafrique.

 Oubangui Médias