La synergie des fact-checkeurs de Centrafrique en partenariat avec la Minusca a organisé du 12 au 13 mai 2022 un atelier de formation des jeunes leaders et blogueurs du 3e,4e,5e et 8e arrondissement de Bangui. Cette formation vise à sensibiliser ces derniers contre les désinformations publiées sur les réseaux sociaux. Cela a eu lieu au siège du Conseil National de la Jeunesse (CNJCA) à Bangui.

Dans le but de renforcer la lutte contre les fausses informations, la désinformation et les messages de haine ainsi que les théories de complot visant à discréditer et déstabiliser certaines organisations notamment la Minusca, l’Association des Fact-checkeurs de Centrafrique (AFC), le Consortium des Journalistes Centrafricains pour la Lutte Contre la Désinformation (CJCLD) et l’Association des Blogueurs Centrafricains (ABCA),  ont organisé cette session de sensibilisation à  l’endroit des jeunes. Cette activité permet aux uns et aux autres de comprendre les enjeux de la désinformation afin de lutter efficacement contre cette mauvaise pratique qui affecte le pays.

Esdras Michael Ndamoyen, secrétaire général de l’AFC montre l’intérêt de cette activité : « Aujourd’hui si on parle de TIC, les jeunes utilisent beaucoup plus les smartphones, les téléphones androïde. Ils reçoivent  beaucoup d’information en se connectant à Internet et sur les réseaux sociaux. Mais, ils ne comprennent pas les enjeux, le contexte, ni la véracité de ces informations. Donc, l’objectif assigné de cette formation est de conscientiser ces jeunes sur les attributs de la valeur démocratique en RCA», a-t-il souligné.

Des différentes thématiques ont été discutées lors de cette formation par les intervenants qui sont de l’Association des Fact-checkeurs de Centrafrique, du Consortium des journalistes, de l’ABCA et de la Minusca.

Cynthia Sagbaté l’une des participants se dit satisfaite : « Ce que je ne savais pas mais grâce à cette formation,  je sais comment détecter les fausses informations sur Internet.  J’attire l’attention des internautes que toutes les informations qui circulent sur les réseaux sociaux ne sont des bonnes. Il faut s’en méfier pour ne pas propager les désinformations et discours de haine».

L’objectif visé par cette session est de renforcer l’implication des leaders jeunes et blogueurs d’une partie des arrondissements de Bangui, sur la lutte contre la désinformation, les messages de haine et d’incitation à la violence sur les réseaux sociaux.

Dorcas Bangui Yabanga