Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) en partenariat avec l’Institut Centrafricain des Recherches Agronomiques (ICRA) a réalisé un renforcement des capacités des membres des groupements Agri-Multiplicateurs (GAM) de semences végétales de Mbaïki et Boukoko, le 02 août 2022 dans l’enceinte dudit Institut.

La nécessité de renforcer les capacités de ces agri-multiplicateurs qui aspirent à devenir des experts en production de semences végétales est indispensable pour acquérir des connaissances et des savoirs faire sur l’ensemble des techniques dans le domaine agricole.

C’est depuis plusieurs années que l’ICRA travaille avec le CICR sur la formation des GAM. Le directeur général intérimaire de l’ICRA et formateur, Dieudonné Steve Mbenda, nous donne le contenu de cette formation : « D’abord la formation porte sur la Semence, nous savons tous que la semence est la clé du développement agricole en plus de la terre qui constitue un facteur du développement et de la production agricole. La formation que nous avons dispensée à ces producteurs des semences porte sur trois (03) aspects : l’itinéraire technique c’est-à-dire comment quelqu’un peut devenir producteur de semences  et quels sont les itinéraires qu’il doit suivre. Le deuxième aspect est le post récolte : Ici, il est question de souligner qu’après avoir mis son champ en place et à la fin de la récolte,  quelles sont les techniques utilisées pour conserver les semences et le troisième point porte sur les maladies. Là, en tant que producteur de semences, comment doit-on reconnaitre les maladies et les ravageurs qui peuvent nuire à son champ ainsi que les techniques et méthodes utilisées contre ses ravageurs», a expliqué le directeur.

La production des semences de qualité nécessite l’implication du secteur privé qui pratique l’agriculture mécanisée. Compte tenu de ce terrain qui reste pratiquement vide, le CICR a jugé important de rassembler les paysans dans les groupements appelés Agro-Multiplicateurs des semences pour pouvoir bénéficier des acquis techniques du gouvernement à travers l’ICRA.

Jean Pierre Koundoubourna, vice-président du groupement « Kwa na kwa » est l’un des bénéficiaires de la formation. Il s’en explique : « Au courant de cet atelier, nous avons appris des itinéraires techniques, comment les respecter, et comment devenir un producteur de semences. Egalement, les différentes conditions à suivre pour devenir un producteur de semences. Après avoir pris part à cette formation, nous allons restituer les connaissances aux membres afin de mettre en pratique les techniques et connaissances apprises », a-t-il fait savoir.

« En tout cas, cette formation est très utile. Vous savez que l’agriculture est la mère d’un développement du pays, et sans les semences, on ne peut pas faire l’agriculture et développer le pays. Effectivement, nous attendons encore ce genre de formation de la part de nos partenaires, par ce que la formation ne finit jamais. Nous avons besoins de la formation sur l’utilisation des outils appropriés comme les tracteurs. Pour protéger nos champs, nous utilisons des bâches comme clôture afin d’empêcher que les animaux domestiques ne viennent endommager nos semences », a-t-il souligné.

Les groupements Agri-Multiplicateurs de semences végétales attendent du gouvernement, de considérer ce qu’ils font pour les accompagner aux côtés du CICR, à passer aux statuts de sociétés de coopérative. Les bénéficiaires de cet appui du CICR ont comme ambition de devenir des véritables experts en production des semences. 

Même si déjà l’ICRA forme avec l’appui d’autres partenaires dans les préfectures de la Nana-Mambéré, Ouham, Lim-Pendé et les périphéries de Bangui sur les semences, l’enjeu est de professionnaliser ce secteur afin d’éviter d’importer des semences qui parfois qui cadrent pas avec le climat centrafricain.

Zarambaud Mamadou, en mission de reportage dans la Lobaye pour le compte de Oubangui Médias