Les dirigeants européens membres de l’Union Européenne seront en réunions avec leurs homologues africains du 17 au 18 février 2022 à Bruxelles.

Pour ce 6e Sommet Afrique – UE, l’enjeu est grand vu le dynamisme géopolitique et géoéconomique sur le continent, notamment avec la présence russe et l’activisme chinois qui met la main à la poche pour financer des projets de développement sur le continent.

Les nouvelles ambitions de l’Union Européenne pour l’Afrique

 A cette rencontre, les deux participants réfléchiront ensemble sur les contours de leur prochain partenariat. A propos de cette coopération, l’UE a déjà annoncé les couleurs par l’entremise de sa présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen qui avait déclaré à Dakar que « la nouvelle stratégie d’investissements de l’UE est le Global Gateway ».

Il s’agit d’un financement pour des projets d’infrastructures en Afrique, d’ici 2027 pour un montant de plus de 150 milliards d’euros. Selon elle, l’enjeu est « de faire face à l’influence de la Chine sur le continent, via ses Nouvelles routes de la soie ».

Pareillement, comme avait déclaré Emmanuel Macron en décembre 2021 et qui assure actuellement la Présidence de l’organisation, un « new deal financier » entre l’UE et l’UA pourra être décidé par les participants afin de « renforcer les investissements dans les économies africaines ».

La sécurité et la bonne gouvernance sur la table des discussions entre Africains et Européens

 Foyers de tensions notamment avec l’hydre terroriste en Afrique de l’Ouest et les coups d’Etat successifs, l’avenir des missions militaires dans cette partie du monde sera discuté. L’on sait déjà que l’activisme russe en Afrique ces dernières années est un autre sujet entre les Présidents et Chefs de gouvernement présents à Bruxelles.

Outre la sécurité et la paix, l’on évoquera aussi l’éducation et la santé surtout que le monde peine à tourner la page de la pandémie de Covid-19.

Les Africains en spectateurs ?

Plusieurs Chefs d’Etat du continent sont déjà dans la capitale Belge et tiennent des rencontres en marge de ce sommet. Le Président centrafricain et sa délégation trouvent l’opportunité de discuter avec des bailleurs pour financer des projets en veilleuse. Cependant, si l’Afrique est très courtisée pour ses nombreuses richesses et confrontée à des foyers d’insécurité, l’instabilité politique, la pauvreté, elle devra profiter des opportunités que lui offrent les investissements étrangers.

Les dirigeants africains devront faire preuve de solidarité en finançant des projets intégrateurs pour le bien de leur population. Nous espérons que les routes de la soie et le Global Gateway renforceront l’économie africaine par la transformation locale des produits africains avant leur exportation.

Junior Max Endjigbongo