Au quatrième jour du festival Bangui Fait son Cinéma, l’équipe a parcourus quelques médias nationaux dont la Radio Centrafrique, la Radio Ndeke Luka et la Télévision Centrafricaine.

Derrière ces visites se cache une idée d’encourager les Centrafricains à s’approprier ce festival, le premier du genre en Centrafrique qui est à sa deuxième édition. Le Parrain Michel Gohou, accompagné par Digbeu Cravate et les membres du jury des films n’ont pas manqué de délivrer un message d’encouragement aux centrafricains, afin de participer massivement aux activités du festival mais aussi s’approprier ce festival qui fait la promotion des films Centrafricains, africains et afro descendant.

L’avenir de ce festival et du cinéma centrafricain « est radieux, plein d’espoir », comme a souligné Michel Gohou. Le parrain Gohou se dit optimiste, tout comme son compatriote Digbeu Cravate à voir la pérennisation de ce festival. Mais, ce dernier appelle les sociétés de téléphonies mobiles à occuper l’espace de sponsors afin de porter haut cette initiative.

La cinéaste centrafricaine Sylviane Gboulou, initiatrice de ce festival lance déjà les réflexions avec l’appui du parrain, des invités et surtout du gouvernement à travers le ministère des Arts et de la Culture, pour l’ouverture d’une école du cinéma en Centrafrique.

La deuxième édition du festival Bangui fait son cinéma  a un caractère particulier car, il y aura des prix pour onze meilleurs films, d’où la présence des membres du jury, conduite son président Jean David Stepler. Ce jury est constitué des internationaux et des nationaux.

Ouvert le samedi 20 novembre 2021, ce festival prendra fin le 27 novembre.

Fridolin Ngoulou