Depuis  sept mois d’endurance que le comité de gestion de crise, mise en place par le ministère de la promotion de la jeunesse, des sports et de l’éducation civique a finalement pu organiser une Assemblée Générale Elective le 28 mai 2022. Ladite Assemblée  intervient suite à l’inéligibilité de l’élection du président sortant Gilles Gibert Grezenguet, selon ce département ministériel. 

Considérant que le bureau sortant du Comité National Olympique et Sportif Centrafricain (CNSOCA) étant démissionnaire, il est lieu d’élire un nouveau bureau qui sera validé  par le ministère de la promotion de la jeunesse, des sports et de l’éducation civique et ce nouveau bureau va représenter la République Centrafricaine au Comité International Olympique (CIO).

Le  comité d’organisation a présenté un procès-verbal de dépouillement de candidature validée après avoir passée au crible le 19 candidats en lice pour tout poste confondu. Les entités sportives ont été représentées par leurs présidents ou secrétaires généraux ou encore par des mandataires pour élire un nouveau bureau.

Concernant la présidence, bien qu’au total cinq candidats s’étaient enregistrés, trois ont à la fin retiré leur candidature séance tenante pour apporter leur soutien au Général de brigade Alfred Service qui a finalement remporté la partie face à son challenger le président actif de l’athlétisme, Bruno Konga un habitué de l’arène sportif régional et continental.

En effet,  sur les 37 voix des fédérations, 30 se sont portées sur le Général Alfred Service, Directeur Général de la sécurité présidentielle contre 7 (sept) pour le président de la fédération de l’athlétisme  Bruno Konga. Dans l’esprit de Fair-Play, son adversaire le président de l’athlétisme, a reconnu sa défaite et a félicité Alfred en lui souhaitant plein succès dans sa nouvelle fonction.

C’est bien pour la première fois qu’un militaire arrive à occuper ce poste dans ce pays. Il aura de nombreux défis à relever notamment restaurer l’image du CNOSCA, de mettre les valeurs olympiques en exergue qui constituent la base sur laquelle le mouvement olympique fonde ses activités de promotion du sport, de la culture et de l’éducation en vue d’un monde meilleur tant national et qu’international, après des gabegies financières, des scandales de corruption et le clanisme dont les gens ne cessent d’en parler au milieu sportif.

Notons que ce comité de gestion de crise qui a pris sept mois des travaux a reçu le soutien indéfectible du ministre Aristide Briand Reboas, ministre de la jeunesse et des sports. Cette Assemblée Générale Elective s’était dans l’enceinte du stade 20.0000 places, le ministre a marqué sa présence pour lancer officiellement l’ouverture de cette assise.

Le défi majeur pour ce bureau sera la validation de sa légitimité par le CIO, qui jusqu’aujourd’hui et malgré la mise en place de comité reconnait toujours le bureau sortant comme le seul légitime.

Notons que l’affaire CNOSCA est encore pendante devant la justice, notamment le tribunal administratif qui venait d’annuler les décisions du ministre portant dissolution de certaines fédération et du « CNOSCA ».                       Zarambaud Mamadou