Le projet de la dorsale à fibre optique d’Afrique Centrale Composante RCA (CAB-RCA) est entré il y a deux mois dans sa phase décisive. De Berberati-Gamboula, Berberati Nola, Berberati-Carnot, Carnot-Baoro, Bangui-Boali, c’est sur tous ces axes que les travaux s’opèrent et se relient.

La fibre optique pour le désenclavement numérique de la Centrafrique est un projet qui a démarré en 2018 après les phases préliminaires. Le coût de Projet CAB-RCA est cofinancé par la Banque Africaine de Développement (13,216 millions d’unité de compte) et l’Union Européenne (16,6 millions d’euro).

La mise en marche de ce projet, prévu pour 2022 aura pour résultat l’accès facile à Internet. Ce projet contribuera au développement rapide et à la diversification de l’économie.

Cette réalisation, de manière spécifique, favorisera l’augmentation des recettes fiscales et la réduction du coût des transactions économiques et sociales. Le désenclavement numérique des zones rurales avec l’intégration régionale par l’intermédiaire d’une infrastructure à fibre optique ouvrira la création d’opportunités d’emploi pour les jeunes.

Plus concrètement, le taux d’accès à Internet atteindre au moins 20% de la population contre 5% en 2020. La contribution économique de l’information et de la communication pourra passée de 10,2% à 15% et le poids des dépenses de la téléphonie mobile pourra être réduit de 50% à 18% du revenu annuel brut par habitant.

Sur plus d’une centaine de kilomètres déjà réalisée, plus d’un millier des jeunes sont recrutés. A Berberati, plus de 500 travaillent alors qu’à Bangui, ils sont plus de 200 à réaliser les travaux.

Fridolin Ngoulou