Dans le cadre de son aide humanitaire programmée en Centrafrique pour l’année 2022, la France a attribué jeudi 5 mai 2022 une première tranche de 3.5 millions d’euros soit 2 milliards 300 millions de FCFA à trois organisations humanitaires travaillant en Centrafrique, à savoir le PAM, l’Unicef et l’ONG ACTED.

Suite à la crise sociopolitique entre l’Ukraine et la Russie, le monde entier est affecté par une crise alimentaire qui se solde par la flambée des prix des marchandises et la pénurie de certains produits alimentaires sur le plan mondial. Face à cette situation, certains bailleurs et organisations humanitaires réduisent leurs dons au profit de l’urgence humanitaire dans certains pays à vulnérabilité élevée comme le cas de la RCA. Pour prévenir une crise atroce de l’insécurité alimentaire, la France, premier partenaire bilatéral de la République Centrafricaine fait cette première tranche de don au bénéfice de ces organisations humanitaires pour secourir les populations les plus vulnérables.

Selon l’ambassadeur résident de la France à Bangui Jean-Marc Grosgurin, les indicateurs de crise nutritionnelles de la Centrafrique sont préoccupants et à travers ce don, la France manifeste sa présence aux côtés des populations vulnérables pour les soutenir dans ce contexte de crise: « Dans ce contexte de tension sociale et de pénurie, des conséquences indirectes de la crise ukrainienne peuvent toucher le Centrafrique. Alors,  la France reste aux côtés de la population centrafricaine. Donc, nous avons débloqué une somme de 3. 5 millions d’euros qui correspond à une première tranche. Selon l’évolution de la situation au courant de l’année, d’autres fonds seront débloqués. Nous sommes beaucoup plus préoccupés par les indicateurs de crise nutritionnelle du Centrafrique. Près de deux millions de personnes sont affectées soit en UP3 ou UP4, soit en crise sévère et aigüe de la malnutrition. Ces éléments sont très préoccupants »,  a-t-il justifié.

Trois bénéficiaires et leurs priorités.

Le Programme Alimentaire mondial (PAM) à travers son Assistance Alimentaire aux personnes affectées par la crise en République Centrafricaine reçoit une somme de 2.000.000 euros soit 1 milliard 312 millions de FCFA. Selon le porte-parole du représentant, cette somme sera utilisée au profit des populations vulnérables qui seront identifiées dans les zones de conflit : « De nombreuses évaluations de la sécurité alimentaire ont montré une dégradation constante de la sécurité alimentaire en Centrafrique. Au moins 45% de la population est en insécurité alimentaire ce qui place la RCA au rang du 3e pays au monde après le Yémen et le Sud Soudan en terme de l’insécurité alimentaire. Donc, c’est une situation grave et alarmante qui préoccupe toute la communauté humanitaire. Cette contribution de la France que nous venons de recevoir nous permettra d’assister en vivre les populations très vulnérables. Ces personnes seront identifiées dans les zones où l’insécurité alimentaire est très prononcée, ce sont celles-là qui vont être ciblées en premier », a déclaré le porte-parole.

Quant à l’Unicef qui a reçu une somme de 800.000 euros soit 524.800.000 FCFA, la prise en charge des enfants malnutris, des femmes enceintes et allaitantes constitue l’une de leurs priorités d’après la représentante de ladite organisation Meritxell Relano Arana : « La détérioration de la sécurité alimentaire a un impact sur la sécurité nutritionnelle des enfants et des femmes. La contribution de la France va permettre à assurer la prise en charge de 4.000 enfants de moins de 5 ans souffrant de la malnutrition aiguë et sévère. Notons que le taux de la malnutrition aiguë et sévère est en train de monter dans le pays que celui de l’an passé. Donc, nous allons renforcer la nutrition des enfants de moins de 5 ans, des femmes enceintes et des femmes allaitantes. Ajouté à cela l’achat d’intrants nutritionnels, des médicaments et équipements pour une meilleure prise en charge. Cette prise en charge sera effective dans 7 districts sanitaires à savoir :   Batangafo, Bocaranga, Koui, Bossemptelé, Nana-Boguila, Bozoum, Ngaoundaye et Paoua.

Enfin l’ONG ACTED pour la mise en œuvre du projet « contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire de la population de la commune de Pladama Ouaka à travers une assistance humanitaire », reçoit la somme de 700 000 soit 459 200 000 FCFA qui servira à l’assistance humanitaire dans la Ouaka selon son représentant Manuel Galéa  en ces termes: « La moitié de cette contribution sera consacrée à la distribution des vivres et l’autre moitié à l’accompagnement des produits agricoles pour développer l’agriculture et rendre autonome la population. Ces opérations seront effectives dans l’ensemble de la Ouaka car la situation alimentaire est alarmante dans toute la région à cause de l’insécurité  qui sévit dans cette partie du pays ».

De son côté, Denis Brown, Coordonnatrice humanitaire déplore un manque de financement humanitaire en Centrafrique à cause de la crise ukrainienne et de la crise en Afghanistan : « Le Centrafrique était en crise l’an passé et l’impact de cette crise continue. Les populations ont dû quitter le foyer laissant tout derrière. Il  y en a qui sont rentrées et découvrent qu’il n y a absolument rien qui reste de leurs biens, semences, maisons etc. Notre activité humanitaire est de s’assurer que ces personnes ont une aide en attendant le mois du septembre prochain. Donc, cette contribution est de la France est la bienvenue parce que je commence à sentir que notre financement de cette année à travers le plan de réponse humanitaire souffre du manque de financement », a-t-elle souligné.

 La coordonnatrice humanitaire rappelle qu’en 2021, la communauté humanitaire a eu 81% de financement requis. Mais cette année, déjà pratiquement au milieu, seulement 28% du financement sont mobilisés à cause de la guerre en Ukraine et de la crise en Afghanistan.

La France promet rester aux côtés de la population dans ces moments difficiles et compte intervenir davantage selon l’évolution de la situation.

Elle va mobiliser au moins 7.5 millions d’euros soit plus de 4 milliards de FCFA pour l’assistance humanitaire en Centrafrique en 2022.

Belvia Espérance Refeibona