L’éducation nationale est la base du capital humain d’un Etat à court et à long terme. Malheureusement, depuis quelques années, le système éducatif centrafricain a perdu sa lettre de noblesse. Cette situation s’explique par un manque des structures d’accueil c’est-à-dire des bâtiments scolaires, des tables-bancs, des manuels scolaires adéquats et des enseignants qualifiés. Pour ce faire, le gouvernement a décidé de faire de l’enseignement général et technique l’un de ses chevaux de batail.

A cet effet, des actions sont en train d’être menées par le ministère en charge de l’enseignement nationale afin de relever ce défi. C’est ainsi qu’après plusieurs plaidoyers formulés par le Directeur général de l’Institut national de recherche et de l’animation pédagogique (INRAP) Samuel Feïzounam Ouanfio et de l’inspecteur d’académie de Bangui Dieudonné Gazalo ledit ministère a financé la conception des manuels scolaires à l’intention des élèves du primaire en Centrafrique.

La cérémonie officielle de la remise du premier lot de ces manuels scolaires s’était déroulée ce jeudi 05 août 2021 en la salle de conférence de l’INRAP à Bangui. Ceci en présence du ministre en charge de l’enseignement national Aboubacar Moukadas-Noure : « Ce sont des manuels de discipline de français, de mathématiques, des sciences physiques chimie sans compter les ouvrages d’histoire qui ont été distribués précédemment. Nous avons commencé à desservir la ville de Bangui et sans oublier les écoles privés et les écoles catholiques. La stratégie consiste à distribuer ces manuels aux inspections académiques en impliquant les chefs de secteurs et les chefs des circonscriptions scolaires » a-t-il expliqué.

« C’est une étape extrêmes importante. Nous voulons que ces livres parviennent aux bénéficiaires c’est-à-dire les élèves sans distinction car ses ouvrages sont réalisés sur financement du gouvernement qui a tout fait pour que l’édition de ces ouvrages puisse devenir une réalité. Le gouvernement fera des études dans ce sens pour que le ratio élève-livre soit atteint ceci sur toute l’étendue du territoire centrafricain. Je précise que ces manuels ont pris en compte les réalités du contexte centrafricain pour favoriser la compréhension », a-t-il ajouté.

Quant à Samuel Feïzounam Ouanfio, Directeur général de l’INRAP, qui après avoir loué les efforts du gouvernement, a appelé les responsables académiques à veiller sur ces manuels scolaires : « Pour l’inspection académique de Bangui, nous avons 3 000 cartons en raison de 120.160 manuels. Nous demandons aux responsables académiques ici présent de veiller sur ces documents pour qu’on ne les retrouve pas dans les quartier ».

Etant donné que la question du manque des tables-blancs revienne souvent, le Ministre Aboubacar Moukadas-Noure a aussi rassuré que le gouvernement continuera de tout mettre en œuvre avec l’appui des partenaires pour remédier à ce problème. Il a reconnu que la République centrafricaine qui est un pays forestier ne doit pas logiquement souffrir du manque des tables-blancs dans les établissements scolaires sur toute l’étendue du territoire national.

Brice Ledoux Saramalet