Les combats fratricides entre les groupes rivaux au sein du SPLM/A-IO, opposant les partisans du Vice-président Riek Machar à son chef d’état-major continuent de contraindre plusieurs Sud soudanais à l’exil à Obo.

L’arrivée de demandeurs d’asile s’est accentuée la semaine derrière par la prise en charge de 150 réfugiés sud soudanais par l’antenne du HCR dans le Chef-lieu du Haut-Mbomou.

Cet afflux massif à Obo pourra s’accentuer dans les prochains jours a prévenu Alphonse Malèze, un refugié sud soudanais à la Radio Guira Fm. Pour leur accueil dans de meilleures conditions, un comité a été mis en place par le HCR et les autorités locales.

Une présence qui ne sera pas sans conséquence socio-économique : Chef-lieu du Haut-Mbomou, Obo a toujours été une ville hôte des refugiés sud soudanais. Mais elle est confrontée à une insécurité par la présence des combattants de l’UPC dans ses faubourgs et il y a quelques années, par ceux de la LRA de Joseph Kony.

Cette présence oblige la population à ne pas trop s’aventurer en brousse où s’adonner aux activités agropastorales.

Mais, bien que la présence des Forces Armées Centrafricaines (FACA) rassure la population, cette présence massive de réfugiés ne manquera pas de provoquer une inflation des prix de denrées alimentaires, a fait remarquer notre confrère de Guira Fm, Fleury Roger Koursany. 

Junior Max Endjigbongo