Après plusieurs années de crise la RCA, l’ambiance reprend peu à peu avec  les préparatifs des fêtes de Noël et nouvel An.  Tous  les coins de la ville bougent par rapport aux préparatifs de ces grandes fêtes familiales. Les marchés et les rues grouillent des jouets ainsi que de monde. Ce jeudi 22 décembre, Oubangui Médias est allé sur les lieux pour vous faire vivre l’ambiance des préparatifs à Bangui.

Vibrer au rythme de la célébration de noël, les marchés et rues grouillent de jouets et du monde. C’est l’occasion de se réunir en famille autour d’un repas copieux. Selon les traditions familiales, le père noël vient déposer les cadeaux le soir du réveillon ou pendant la nuit et les enfants les découvrent le matin de noël au pied du sapin.

Il est 10h, et nous sommes au marché des jouets qui est sûr le terrain de la municipalité au centre-ville de Bangui. Presque tous les marchés, les grands magasins, les supermarchés et les abords des avenues sont envahis de jouets de toutes sortes. Pour éviter tout débordement sur les avenues, les marchands de jouets vendent  en masse sur le terrain de municipal du 1er arrondissement chaque année.

Sur le marché, on écoute des sonneries de jouets de toutes catégories confondues, les marchands appellent les clients par-ci par-là et avec une concurrence vitale, on voit également des gens discuter les prix, d’autres en achètent pour leurs enfants. Cependant, les prix des jouets sont trop chers cette année, c’est ce que disent les parents qui partent en acheter.

D’autre part, les vendeurs de jouets se plaignent également de l’augmentation du prix des jouets dû à la hausse du prix de carburant. Ferema Christian est l’un des vendeurs de jouets que nous avons rencontrés « J’ai commencé à vendre les jouets depuis une quinzaine d’année, mais cette année c’est fort puisque le transport et la douane nous ont coûté chères. Les gens de la mairie ne nous laisse pas à cause de frais d’installation qui s’élève à 15000 FCFA par chacun sur ce lieu, c’est pour cela qu’on est obligé de monter le prix des jouets » explique-t-il.

Selon les vendeurs, la pénurie du carburant a provoqué la hausse des prix des jouets sur l’étendue du territoire centrafricain. Jean Pierre un commerçant qui vend au marché de Pétévo dans le 6e arrondissement de Bangui a souligné que : « J’ai passé des mois dans le commerce de vente des jouets. Parfois on gagne, soit on perd, mais c’est la pire année qu’on a constaté. Le transport nous a couté cher, pour la douane on en parle pas, donc je veux juste récupérer mon argent dans mes marchandises sans pour autant penser aux bénéfices ».

Viviane, accompagnée par ses deux enfants ne sait quoi acheter : « Je tourne, je retourne et je ne sais pas quoi acheter car les prix sont chers. Une poupée qu’on a acheté l’année dernière à 5.000 FCFA se vent à 15.000 FCFA. Le pays n’a pas d’argent. Vous êtes sans ignorer que le ministre des finances a suspendus les paiements au trésor à cause de la tension de trésorerie. C’est difficile, très difficile pour nous parents », se lamente-t-elle.

Cette situation difficile mets les commerçants dans une condition très délicate dans leur commerce de vente des jouets. Entre-temps, la fête de Noël est un grand moment de joie que le monde célèbre. Une fête rattachée à des origines chrétienne qui rappelle la naissance de Jésus Christ.    

Loïc Mbombo